Guillaume Soro condamné à la prison à vie, ses avocats dénoncent une justice inféodée.

0 85

Guillaume Soro a été reconnu coupable pour complot et atteinte à la sûreté de l’Etat. La cour d’assises d’Abidjan a finalement suivi la décision requise, le 16 juin dernier, par le parquet. La peine est très lourde. C’est la prison à vie qui a été prononcée, ce mercredi 23, juillet, à l’encontre de l’ancien rebelle.


« La force reste à la loi. C’est la justice qui a triomphé. Vous vous êtes rendu compte que les faits ne sont pas imaginaires. C’est des faits réels qui ont été portés à la connaissance du tribunal, qui, à son tour, a statué conformément à la loi », a déclaré Me Abdoulaye Ben Méité, avocat de l’Etat de Côte d’Ivoire.

L’ancien chef rebelle devenu Premier ministre en 2011, et président de l’Assemblée nationale entre 2012 et 2019, était accusé d’avoir fomenté une insurrection civile et militaire : un complot pour renverser le pouvoir du président, Alassane Ouattara, lors de son retour avorté en Côte d’Ivoire en décembre 2019 : soit 10 mois avant l’élection présidentielle.

« Nous sommes tombés en pleins pieds dans la justice inféodée exécutive. La sanction du président, Soro Guillaume est celle qui a été prédit, souhaité et préjugé par le chef de l’Etat. C’est des justices vindicatives et au solde des gens pour régler des comptes », s’est insurgé Me Raoul Irié Gohi Bi, avocat de la défense. Ainsi, pour l’avocat de la défense, il s’agit bien de régler des comptes avec Soro Guillaume et l’ensemble de ses partisans.

Autres décisions, la cour a ordonné la confiscation des biens et la dissolution de son mouvement, Génération et Peuple Solidaire (GPS), accusé de se livrer à des actes subversifs. « La procédure concerne tous les cadres et les sympathisants importants qui soutiennent le président, Soro Guillaume. C’est une décision collective d’anéantissement d’opposants politiques à l’occasion d’un procès criminel », a ajouté Me Souleymane Diallo, avocat de la défense.

Sur les 19 autres accusés, 18 ont été condamnés à des peines allant de 20 ans à 17 mois de prison. Tous devront payer de façon solidaire une amende d’un milliard de francs CFA. A lire aussi : Élections Sénatoriales : Le Ministre Adjoumani, Veut-Il Imposer Kossonou Ignace Dans Le Gontougo ?

Jean Michel.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.