Au Mali, les militaires promettent des élections générales, et IBK, toujours en captivité.

0 14

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, a été renversé mardi soir par un coup d’Etat fomenté par une partie de l’armée. Ces militaires assurent vouloir mettre en place une « transition politique civile. »
Les militaires qui ont pris le pouvoir au Mali et poussé à la démission le président, Ibrahim Boubacar Keïta, ont affirmé, dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 août, vouloir mettre en place une « transition politique civile » devant conduire à des élections générales dans un « délai raisonnable ».


Plus de trois heures après l’annonce par le président Keïta de sa « décision de quitter toutes [ses] fonctions », à l’issue d’une journée de mutinerie qui s’est transformée en coup d’Etat militaire, des hommes en uniforme sont apparus sur la chaîne publique ORTM. Il était alors 3 h 40 du matin, heure locale.


Source : Le Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.